LE MOIS BENI DE RAMADAN SELON LA LOI DE L’ISLAM

Posté par elyasimran le 22 août 2009

Bismi l-Lahi r-Rahmani r-Rahim

La détermination du commencement du Mois de

Ramadan selon la Loi de L’Islam

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître Mouhammad Al-‘Amin, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’Islam la religion de tous les Prophètes du premier Adam au dernier Mouhammad.

Le Messager de Allah, salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit :

« لا تقَدّموا رمضان بيوم أو يومين صُوموا لِرُؤيَتِهِ وأَفْطِروا لرؤيته فإن غُمَّ عَلَيكُم فَأَكْمِلُوا عِدَّةَ شَعْبَان ثَلاثين يوماً »

(la taqaddamou Ramadan biyawmin ‘aw yawmayni soumou lirou’yatihi wa’aftirou  lirou’yatihi fa’in ghoumma ^alaykoum fa’akmilou ^iddata cha^bana thalathina yawma )

ce qui signifie : « N’anticipez pas Ramadan d’un jour ou deux. Jeûnez à la vue [du croissant] et interrompez le jeûne à la vue [du croissant] et si vous ne l’avez pas vue , poursuivez le compte de Cha^ban à trente jours » [rapporté par Al-Boukhariyy et Mouslim].

Après ces éclaircissements donnés par la Sounnah pure, il n’est pas permis de se baser sur la parole d’un astronome pour déterminer le début du mois de Ramadan. Ainsi on connaît le commencement et la fin de tous les mois lunaires par l’observation du croissant de lune. Les musulmans, qu’ils soient parmi les prédécesseurs (salafs) ou de leurs successeurs (khalafs), avaient adopté cette voie. Les savants jurisconsultes ont mentionné qu’il n’est pas permis de se
fonder sur la parole d’un astronome pour déterminer le moment de l’apparition du croissant de Ramadan. Il est ainsi nécessaire d’observer, après le coucher du soleil du vingt neuvième jour de Cha^ban, le croissant de Ramadan. S’il est vu, le jeûne de Ramadan sera confirmé. Sinon, on complétera alors le mois de Cha^ban jusqu’à trente jours puisque les nuages en auront empêché l’observation.

Voyez comme Allah, par Sa miséricorde, facilite pour vous l’accomplissement du
bien : Le Messager de Allah a interdit de commencer le jeûne sans avoir, soit vu
préalablement le croissant de lune de Ramadan, soit complété le mois de Cha^ban par un trentième jour au cas où les nuages auraient empêché l’observation du croissant.

Les savants des quatre écoles sont unanimes pour dire que la base de la détermination du premier jour du mois de Ramadan est ce qui suit : « Le croissant sera guetté après le coucher du soleil du vingt-neuvième jour de Cha^ban [on observe du côté du couchant]. S’il est vu, le jour d’après sera le premier jour de Ramadan, et s’il n’a pas été vu, le jour d’après sera alors le trentième jour de Cha^ban et le jour d’après sera donc le premier Ramadan ».

Nous devons nous fier à cela et ne donner aucune importance aux assertions des personnes qui se basent sur les calculs astronomiques pour déterminer le début et la fin du mois du jeûne.

Ainsi, le Hafidh Waliyyou d-Din Al-^Iraqiyy décédé en l’an 826 H a dit :  » L’ensemble des Chafi^iyy suit cet avis. Le jugement n’est donc lié qu’à l’observation visuelle. Puis il a dit : « Et c’est aussi l’avis de Malik, Abou Hanifah, Ach-Chafi^iyy et l’ensemble des savants du Salaf et du Khalaf » – fin de citation.

Ibnou ^Abidin, décédé en l’an 1252 H, a dit dans son commentaire du livre Ad-dourrou qui compte parmi les plus célèbres livres de savants Hanafites : « sa parole « on ne donne pas de considération à la parole de ceux qui se basent sur le calcul » vise la détermination de l’obligation de commencer le jeûne pour les gens ». Puis il a dit : « Leur parole n’est pas prise en considération, et ce à l’unanimité, et il n’est pas permis à l’astronome de jeûner en se basant sur ses propres calculs ».

Ainsi, si un musulman ^adl, c’est-à-dire digne de confiance, voit le croissant de
Ramadan dans n’importe quel endroit de la terre, il nous sera permis de jeûner selon l’école de l’Imam Abou Hanifah sur la base de sa vision.

Il convient donc d’avoir la certitude de la vision du croissant avant de s’endormir, car celui qui se lève le matin du premier jour de Ramadan et qui trouve les gens en train de jeûner alors que lui n’en a pas formulé l’intention la veille, celui-là verra son jeûne de ce jour invalidé.

Il est donc nécessaire d’accorder une attention particulière à l’observation du croissant de Ramadan. Pour cela, on se fonde sur la parole de quelqu’un de digne de confiance, comme l’ont précisé les jurisconsultes du Salaf et du Khalaf. Quant au fait de se baser sur les calculs pour la détermination des débuts des mois lunaires, cela constitue une transgression claire et explicite de ce qui a été rapporté du Prophète – salla l-Lahou ^alayhi wa sallam.

Notre conseil pour tout musulman est donc de s’attacher à ce qui a été dit par le
Messager de Allahsalla l-Lahou ^alayhi wa sallam – et à ce qui a été dit par les
jurisconsultes des quatre écoles dont la communauté est unanime à reconnaître le haut degré.

Que le musulman apprenne les lois du jeûne avant que commence le mois de Ramadan. Qu’il apprenne ces lois auprès de gens de confiance et possédant la science nécessaire, ayant eux-mêmes appris cela auprès de gens également de confiance et possédant la science nécessaire, et ainsi de suite, de sorte qu’il y ait une chaîne de transmission remontant jusqu’au Messager de Allahsalla l-Lahou ^alayhi wa sallam.

Ô Allah apprends-nous ce qui nous est utile, fais que nous tirions profit de ce que Tu nous apprends. Aide-nous afin que nous accomplissions le jeûne, les veillées de prières et que nous entretenions nos liens familiaux. Ô Toi, Le Seigneur des mondes,

Ô Allah.

Allah soubhanahou wa ta^ala a ordonné aux musulmans de jeûner le mois de Ramadan.

Allah ta^ala dit :

(ya‘ayyouha l-ladhina’amanou koutiba ^alaykoumou s-siyamou)

ce qui signifie : « Ô vous qui avez cru, le jeûne est un devoir pour vous », [ sourat Al-baqarah ‘ayah 183].

Cette obligation a été révélée au mois de Cha^ban de la deuxième année après l’Hégire.

Le jeûne du mois de Ramadan est une obligation éminente et fait partie des choses les plus importantes de l’Islam. Les musulmans se réjouissent de son approche : c’est le mois des bienfaits, des actes d’obéissances et des bénédictions. C’est le meilleur mois de l’année. Parmi les nuits de ce mois il y a la meilleure des nuits : la nuit de al-qadr - la nuit de la destinée -.

Jeûner, c’est s’abstenir pendant la journée (depuis l’aube jusqu’au coucher) de ce qui rompt le jeûne. Il faut avoir eu durant la nuit l’intention de jeûner la journée du lendemain.

Jeûner est une obligation pour tout musulman pubère, sain d’esprit, capable de jeûner. Il n’est pas valable de la part du mécréant d’origine, ni de l’apostat.

Le jeûne n’est pas valable de la part de la femme qui a les règles ou les lochies. Il leur est un devoir à toutes deux le rattrapage.

Il est permis de ne pas jeûner pour un voyageur qui fait un voyage permettant de raccourcir les prières de quatre à deux rak^ah. Il appartient à un malade, à une femme enceinte ou à une femme qui allaite, pour qui le jeûne présente une difficulté insupportable de ne pas jeûner ; et il leur est un devoir le rattrapage.

Le jeûne de Ramadan devient obligatoire dans l’un ou l’autre des deux cas suivants:

1-lorsque le mois de Cha^ban a  atteint trente jours.

2-lorsqu’on a aperçu le croissant de lune du mois de Ramadan, la nuit qui suit le vingt-neuvième jour de Cha^ban, conformément à la parole du Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam :

« صُوموا لِرُؤيَتِهِ وأَفْطِروا لرؤيته فإن غُمَّ عَلَيكُم فَأَكْمِلُوا عِدَّةَ شَعْبَان ثَلاثين يوماً »

(soumou lirou’yatihi wa’aftirou  lirou’yatihi fa’in ghoumma ^alaykoum fa’akmilou ^iddata cha^bana thalathina yawma )

ce qui signifie : « Jeûner à la vue [du croissant] et interrompez le jeûne à la vue [du croissant] et si vous ne l’avez pas vue , poursuivez le compte de Cha^ban à trente jours » [rapporté par Al-Boukhariyy et Mouslim].

Par conséquent, celui qui a vu le croissant de lune de Ramadan doit jeûner ; de même celui qui ne l’a pas vu lui-même mais a été informé de son apparition par un musulman ^adl - juste -, libre et qui n’est pas connu pour être un menteur.

Les obligations du jeûne:

Les obligation du jeûne sont au nombre de deux :

1 – L’intention: elle a lieu dans le cœur et elle est requise pour chaque jour du mois. On dit par exemple dans son cœur: (nawaytou sawma ghadin ^an’ada‘i fardi Ramadana hadhihi s-sanata ‘imanan wa-htiçaban li l-Lahi ta^ala ) ce qui signifie :  » Je fais l’intention de jeûner le jour qui vient au titre de l’obligation du jeûne de Ramadan de cette année, par acte de foi et par recherche de la récompense de Allah ta^ala « . Le temps de l’intention va du coucher du soleil jusqu’à l’apparition de l’aube.

Chez certains savants, il suffit de faire l’intention durant la nuit du premier jour de Ramadan pour tous les jours du mois. On dit avec son cœur : « j’ai l’intention de jeûner trente jours au titre de l’obligation du jeûne de Ramadan de cette année, par acte de foi et par recherche de la récompense de Allah ta^ala « .

2 – S’abstenir de toutes les choses qui rompt le jeûne : ceci depuis l’apparition de l’aube véritable jusqu’au coucher du soleil.

Celui qui mange ou boit par oubli, même en quantité et même durant le jeûne surérogatoire, n’a pas rompu son jeûne.

Les causes de rupture du jeûne :

1- le fait de manger : ne serait-ce qu’un grain de sésame, ou bien de boire ne serait-ce qu’une goutte d’eau ou de médicament, si on se rappelle qu’on est en train de jeûner ;

2- les gouttes : dans le nez ou les oreilles si le médicament parvient jusqu’à l’intérieur du corps et également le clystère par les deux orifices  inférieurs, antérieur ou postérieur. Les gouttes dans les yeux en revanche, ne rompent pas le jeûne ni l’injection à travers la peau, le muscle ou les veines.

3- l’évanouissement qui dure toute la journée : le jeûne de quiconque est resté évanoui toute la journée, de l’aube au coucher du soleil, n’est pas valable. Il en est de même pour celui qui est atteint de folie, ne serait-ce qu’un instant.

4- se faire vomir: en mettant le doigt ou quelque chose du même genre dans la bouche pour provoquer le vomissement. Par contre, le jeûne n’est pas rompu par un vomissement involontaire du moment qu’on n’en avale rien.

5- l’apostasie : Parmi les choses qui rompent le jeûne il y a le fait de se retrouver dans la mécréance, par plaisanterie ou par colère, en se rappelant le jeûne ou pas, car l’acte d’adoration n’est pas valable d’un mécréant. Pour cela, il est un devoir d’éviter la mécréance avec ses trois sortes et de ne pas y tomber de façon absolue que ce soit la mécréance par la parole, comme celui qui insulte Allah ou l’Islam ; la mécréance par la croyance, comme le fait de croire que Allah est un corps, une lumière ou une âme ou qu’Il serait au-dessus du Trône ; et la mécréance par le geste : comme le fait de jeter le Qour’an dans les ordures ou la prosternation pour une idole.

6- le rapport sexuel : durant le jour délibérément en se rappelant du jeûne ;

7- émettre du maniyy : suite à un contact direct peau contre peau durant le jour délibérément en se rappelant du jeûne, mais si le maniyy sort dans le rêve le jeûne n’est pas rompu ;

8- les menstrues ou les lochies.

9- la folie même un instant.

Celui qui a rompu un jour de jeûne de Ramadan sans excuse valable selon la religion s’est chargé d’un péché et du rattrapage immédiatement après Ramadan et le jour de la fête.

Laisser un commentaire

 

CHOISIR DIEU. L'Eglise... |
question-reponse |
Ne pas oublier sa religion ! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le livre d'Urantia. Vidéo. ...
| PUERI CANTORES SACRE' COEUR...
| elmoutahajiba